Archive mensuelle mars 2019

ParEditions L'Epitoge (Collectif l'Unité du Droit)

Carole Hermon


Profession :

Professeure de droit public à l’Université Toulouse 1 Capitole

Thèmes de recherche(s) :

Droit de l’environnement et, plus particulièrement, le droit de l’environnement appliqué au secteur agricole

Quelle a été votre première collaboration / publication aux Editions L’Epitoge ? 

En 2018, pour le colloque Droit(s) du Bio

Y en a-t-il eu d’autres ?

Non, peut-être à l’avenir….

Quelle est votre dernière publication ?

Un commentaire à l’AJDA de la décision du Tribunal administratif de Lyon annulant l’autorisation de mise sur le marché d’un des produits Roundup pour violation du principe de précaution

Quelle sera (en 2019, 20, etc.) votre future publication ?

Celle qui me prendra assurément le plus de temps et d’énergie, la 2e édition d’un ouvrage que j’ai rédigé avec Isabelle Doussan, Directrice de recherches INRA, intitulé « Production agricole et droit de l’environnement » (chez Lexisnexis)

Quelle est la publication dont vous êtes le.la plus fier.e / heureux.se ?

Disons plutôt celle que j’ai eu particulièrement plaisir à présenter, parce qu’elle a été écrite à 4 mains (avec Matthieu Poumarède) et qu’elle s’inscrit peut-être à contre-courant de ce qui était attendu : « Ce qu’on appelle marchandisation de la nature. Observations sur un biais sémantique », présenté dans un colloque qui s’est tenu en septembre 2018 à Paris 1 (Les limites du marché. La marchandisation du corps et de la nature, actes à paraitre chez Mare-et-Martin)

Quel est – en droit – votre auteur.e préféré.e ?   

Jean Rivero

Quel est – en littérature – votre auteur.e préféré.e ?

C’est difficile de n’en retenir qu’un ou une. Disons Marguerite Duras, même si je ne l’ai pas relue depuis de nombreuses années, parce que je garde intact le souvenir du grand plaisir de la découverte de son oeuvre… il y a maintenant longtemps

Quel est – en droit – votre ouvrage préféré ?

La nature hors la loi, F. Ost

Quel est – en littérature – votre ouvrage préféré ?

Toujours aussi difficile… Me vient en tête « le choix de Sophie » de William Styron, mais ça aurait pu être « le barrage contre le pacifique » de Marguerite Duras, « Tout ce que j’aimais » de Siri Hustvedt, « Les raisins de la colère » de Steinbeck…



ParEditions L'Epitoge (Collectif l'Unité du Droit)

Julia Schmitz

Profession :

Maître de conférences UT1 Capitole

Thèmes de recherche(s) :

(…)

Quelle a été votre première collaboration / publication aux Editions L’Epitoge ? 

Une présentation de la théorie de l’institution de Maurice Hauriou aux Miscellanées Maurice Hauriou, Réunies par M. Touzeil-Divina, publiées en 2013.

Y en a-t-il eu d’autres ?

Plein !
De(s) droit(s) selon & avec Jean-Arnaud Mazères, en 2016
à L’Arbre, l’Homme et le(s) Droit(s) en 2019.

Quelle est votre dernière publication ?

« L’Arbre de la Fraternité » (cf. supra)

Quelle sera (en 2019, 20, etc.) votre future publication ?

L’institution pénitentiaire…

Quelle est la publication dont vous êtes le.la plus fier.e / heureux.se ?

L’ouvrage collectif co-dirigé avec M. Touzeil-Divina, D. Espagno et M. Meyer, Liberté(s) ! En Turquie ? En Méditerranée !, en juin 2018.

Quel est – en droit – votre auteur.e préféré.e ?   

Maurice Hauriou bien sûr !

Quel est – en littérature – votre auteur.e préféré.e ?

Impossible de répondre, il y en a trop. Mais une profonde admiration pour Albert Camus, le Méditerranéen.

Quel est – en droit – votre ouvrage préféré ?

Les Principes de droit public de Maurice Hauriou, édition de 1910 !

Quel est – en littérature – votre ouvrage préféré ?

Impossible de répondre, cela dépend du moment.

ParEditions L'Epitoge (Collectif l'Unité du Droit)

Eric Naim-Gesbert

Profession :

Enseignant-chercheur, Professeur des universités.

Thèmes de recherche(s) :

Droit de l’environnement. Philosophie du droit.

Quelle a été votre première collaboration / publication aux Editions L’Epitoge ? 

L’ouvrage « Droit(s) du bio » (2018).

Y en a-t-il eu d’autres ?

oui, l’ouvrage en cours « L’Arbre, l’Homme & le(s) droit(s) ».

Quelle est votre dernière publication ?

« Voir les choses à leur vrai début : de l’histoire en droit de l’environnement », Revue Juridique de l’Environnement, n° 1, 2019, p. 5-7.

Quelle sera (en 2019, 20, etc.) votre future publication ?

« Droit général de l’environnement », Paris, LexisNexis, 3e éd., 2019.

Quelle est la publication dont vous êtes le.la plus fier.e / heureux.se ?

« Les dimensions scientifiques du droit de l’environnement. Contribution à l’étude des rapports de la science et du droit », Bruxelles, Bruylant et VUBPRESS, préface J. Untermaier, avant-propos S. Gutwirth & F. Ost, 1999, 808 p.

Quel est – en droit – votre auteur.e préféré.e ?   

Cicéron.

Quel est – en littérature – votre auteur.e préféré.e ?

Montaigne.

Quel est – en droit – votre ouvrage préféré ?

« L’art de la guerre », Sun Tzu.

Quel est – en littérature – votre ouvrage préféré ?

« Fables », La Fontaine.

ParEditions L'Epitoge (Collectif l'Unité du Droit)

Richard H. Weisberg

Profession :

Professeur de droit et avocat

Thèmes de recherche(s) :

Droit et Littérature, Le Droit de Vichy, Discours des juges

Quelle a été votre première collaboration / publication aux Editions L’Epitoge ? 

La Parole défaillante (2019)

Y en a-t-il eu d’autres ?

Non

Quelle est votre dernière publication ?

La Parole défaillante (2019)

Quelle sera (en 2019, 20, etc.) votre future publication ?

« Thirty Years of CARDOZO STUDIES IN LAW AND LITERATURE, à paraître LAW & LITERATURE, XXXI, #2 (2019)

Quelle est la publication dont vous êtes le.la plus fier.e / heureux.se ?

VICHY, LA JUSTICE, ET LES JUIFS (editions des archives, 1998) 

Quel est – en droit – votre auteur.e préféré.e ?   

Le juge Benjamin N. Cardozo, par exemple « Law and Literature, » YALE REVIEW (1925).

Quel est – en littérature – votre auteur.e préféré.e ?

Herman Melville

Quel est – en droit – votre ouvrage préféré ?

S. Levinson and S. Mailloux, INTERPRETING LAW AND LITERATURE (Northwestern U. Press, 1988)

Quel est – en littérature – votre ouvrage préféré ?

LES FRÈRES KARAMAZOV

ParEditions L'Epitoge (Collectif l'Unité du Droit)

Marie-Angèle Hermitte

Profession :

Retraitée (CNRS – l’EHESS)

Thèmes de recherche(s) :

J’ai réduit mes thèmes de recherche à ce qui m’intéresse le plus, l’étude des entités naturelles comme sujets de droit, la déontologie de l’expertise scientifique, les procédures de débat public, et dans une moindre mesure le droit de la bioéthique et les droits des peuples autochtones  

Quelle a été votre première collaboration / publication aux Editions L’Epitoge ? 

L’ouvrage L’Arbre, l’Homme & le(s) droit(s)

Y en a-t-il eu d’autres ?

Non

Quelle est votre dernière publication ?

Artificialisation de la nature et droit(s) du vivant dans le livre Les natures en questions (O. Jacob 2018)

Quelle sera (en 2019, 20, etc.) votre future publication ?

Le prochain article  paraîtra dans le livre et sera intitulée « Each object has its own subject! – The Legal Revolutions of the Human-Nature Relationship » (in Taking legal actions on behalf of future generations, dir. E. Gaillard & D. Forman, à paraître aux Editions Peter Lang en 2019) 

Quelle est la publication dont vous êtes le.la plus fier.e / heureux.se ?

Le plus fière, c’est sans doute mon livre intitulé « Le sang et le droit – Essai sur la transfusion sanguine » (Editions du Seuil) car j’y ai réalisé un rêve que j’avais depuis longtemps, prendre un objet (ici le sang pour la transfusion) et en faire un objet total (technique, historique, juridique). Le plus heureuse, c’est sans doute le livre d’entretiens réalisé avec Francis Chateauraynaud en 2013, « Le droit saisi au vif » (Editions Petra) car il m’a fait progresser en m’obligeant à dérouler un parcours de recherche long et sinueux, dont je ne percevais pas forcément la logique. Et c’est là que j’ai formulé l’hypothèse d’un « animisme juridique »

Quel est – en droit – votre auteur.e préféré.e ?   

Je picore sans préférence au gré de mes besoins

Quel est – en littérature – votre auteur.e préféré.e ?

Peut-être D. H. Lawrence

Quel est – en droit – votre ouvrage préféré ?

Là encore je n’ai pas de préférence mais des besoins pour éclairer quelque chose que je suis en train de faire.

Quel est – en littérature – votre ouvrage préféré ?

Les trois romans les plus parfaits me semblent être « La princesse de Clèves », « Les liaisons dangereuses » et « Adolphe ». Même s’ils n’ont plus rien de palpitant  après tant de lectures, c’est à eux que je reviens régulièrement

ParEditions L'Epitoge (Collectif l'Unité du Droit)

RMDP X : l’Arbre, l’Homme & le(s) droit(s)

Cet ouvrage est le dixième issu de la collection
« Revue Méditerranéenne de Droit Public (RM-DP) ».

En voici les détails techniques ainsi qu’une présentation :

Volume X :
L’Arbre, l’Homme

& le(s) droit(s)

ouvrage célébrant le 65e anniversaire
de la parution de L’Homme qui plantait des arbres
de Jean Giono & réalisé en hommage
au professeur Jean-Claude Touzeil.

Ouvrage collectif
(dir. Laboratoire Méditerranéen de Droit Public
& Mathieu Touzeil-Divina)

Nombre de pages : 374

Sortie : avril 2019

Prix : 39 €

-ISBN  / EAN :
979-10-92684-34-6 / 9791092684346

-ISSN :
2268-9893

Mots-Clefs : Arbre – Forêt – Unité du Droit – Droit privé – droit public – droit international – Méditerranée – Italie – Jean Giono – droit comparé – Personnification juridique – Protection environnementale – Service public – Santé – Collectif L’Unité du Droit.

Présentation :

« Vivre comme un arbre, seul et libre ; Vivre en frères comme les arbres d’une forêt » : c’est par ces mots du poète Nâzim Hikmet que commençait le dernier numéro de la Revue Méditerranéenne de Droit Public (Rmdp) consacrée aux Libertés en Méditerranée.

C’est – cette fois – directement à l’Arbre et à ses droits que le présent ouvrage est dédié. Guidés par le personnage d’Elzéard Bouffier imaginé par Jean Giono, les contributeurs du présent numéro, symboliquement publié lors du 65e anniversaire de la publication de L’homme qui plantait des arbres, ont cherché à analyser et parfois à reconnaître les liens unissant les Hommes aux Arbres par le biais du ou des droit(s).

Il s’agit donc évidemment de forêts (de service public et de son régime si singulier depuis l’Ancien Régime) mais aussi de droit(s) potentiellement propre(s) de l’Arbre en tant que tel. Objet ou sujet juridique (avec des propositions de personnification et de protection(s)) selon les auteurs, bien public ou privé, commun et/ou approprié, l’Arbre est ici envisagé entre Droit(s), écorce(s), racine(s), paysage(s), affouage(s), santé(s), eau(x) & normes ! L’Arbre est aussi perçu et présenté ici comme un lien social luttant contre la désertification rurale (ce que l’action d’Elzéard Bouffier a précisément matérialisé) et comme un instrument puissant de la Fraternité et même de la Vie et ce, pour tous les promeneurs des forêts en France mais aussi (et surtout) en Méditerranée. En témoigne, au fil des présentes pages, un exposé de vingt-trois essences endémiques.

Y ont contribué, depuis les différentes branches de l’Unité juridique et les rives de la Méditerranée : Julien Bétaille, Philippe Billet, Fabrice Bin, Clothilde Blanchon, Maxime Boul, Marie Eude, Marine Fassi de Magalhaes, Juliette Gaté, Sylvie & Aline Giono, Laëtitia Guilloud-Colliat, Marie-Angèle Hermitte, Carlo Iannello, Arnaud Lami, Jacques Liagre, Hussein Makki, Raphaël Maurel, Jacques Mény, Eric Naim-Gesbert, Loïc Peyen, Jean-Marie Pontier, Rémi Radiguet, Jean-Claude Ricci, Julia Schmitz, Antoine Touzain & Mathieu Touzeil-Divina.

ParEditions L'Epitoge (Collectif l'Unité du Droit)

La parole défaillante

Cet ouvrage forme le vingt-sixième
volume issu de la collection « L’Unité du Droit ».

En voici les détails techniques ainsi qu’une présentation :

Volume XXVI :
La parole défaillante.
L’homme du droit
au cœur du roman moderne

[Dostoïevski, Flaubert,
Camus, Melville]

Richard H. Weisberg

© 1984 by Yale University / Originally published
by Yale University Press sous le titre
The Failure of the Word

Préface : Philippe Ségur

Traduction : Françoise Michaut

– Nombre de pages : 206

– Sortie : avril 2019

– Prix : 29 €

-ISBN  / EAN : 979-10-92684-32-2
/ 9791092684322

-ISSN : 2259-8812

Mots-Clefs : Droit & Littérature – Romans – Parole – Ressentiment – Justice – Dostoïevski – Flaubert – Camus – Melville – Formes et formalisme –

Présentation :

Les Editions l’Epitoge vous proposent la traduction en français d’un ouvrage exceptionnel: celui du chef de file du courant américain Droit & Littérature paru (pour sa première édition en anglais aux Presses de l’Université de Yale (1984)) sous le titre The Failure of the Word. Il a pour auteur, Richard H. Weisberg, fondateur de la revue Law and Literature, Professor of Constitutional Law à la Cardozo School of Law de Yeshiva University.

Partant de Nietzsche et de Scheller, Richard H. Weisberg explore à travers l’analyse d’œuvres ayant pour auteurs Dostoïevski, Flaubert, Camus et Melville, comment un discours d’une grande séduction formelle peut se faire le véhicule d’une parole empoisonnée par le ressentiment. Deux questions en surplomb apparaissent alors : ce mécanisme n’aurait-il pas joué un rôle majeur dans l’incapacité de l’Europe à empêcher la survenue de la Shoah et cette littérature ne serait-elle pas le reflet d’une société profondément malade ? Le juriste, très précisément, reçoit une invitation à méditer sur les pièges que peut receler le formalisme juridique.

Après avoir débuté ses études de littérature française et comparée à l’Université Brandeis, Richard H. Weisberg a obtenu un doctorat en littérature française et comparée de l’Université Cornell et un doctorat en droit à l’Ecole de droit de l’Université Columbia. Il a enseigné la littérature française et comparée à l’Université de Chicago, avant de pratiquer le droit à Paris et à New York et de l’enseigner à la Cardozo School of Law. Il y est devenu une figure emblématique du courant Droit & Littérature, qui a acquis aujourd’hui une ampleur internationale et dont il a assuré le rayonnement en créant les Cardozo Studies in Law and Literature, qui devaient devenir Law and Literature. Il est l’auteur, entre autres, de Poethics and Other Strategies of Law and Literature (1992) et Vichy Law and the Holocaust in France (1998) [traduit en français].

© 1984 by Yale University / Originally published
by Yale University Press sous le titre
The Failure of the Word


Nota Bene
:
le présent ouvrage est diffusé par les Editions Lextenso.
Vous pouvez donc vous le procurer directement auprès de notre diffuseur ou dans toutes les bonnes librairies (même virtuelles).

ParEditions L'Epitoge (Collectif l'Unité du Droit)

Le catalogue des Editions (03 mars 2019)

Vous trouverez en ligne ici :
http://www.l-epitoge.com/CAT.pdf

le catalogue – au format PDF – complet
& prévisionnel de nos Editions
au 03 mars 2019.

Le détail par collections se trouve également ici.

Et en chiffres,
les Editions L’Epitoge ce sont :

    • 552 auteurs ;
    • 42 ouvrages publiés ou en cours de publication ;
    • 06 ouvrages en projet pour 2019-2020 ;
  • & un diffuseur : les Editions Lextenso.
ParEditions L'Epitoge (Collectif l'Unité du Droit)

Ouvrage anniversaire des 15 ans du Clud !

Il sortira – symboliquement – le 30 mars 2019 à Manosque, au Paraïs, dans la maison de Giono et ce, en partenariat avec l’association des Amis de Jean Giono, notre ouvrage anniversaire :

L’Arbre, l’Homme
& le(s) droit(s)

ouvrage célébrant le 65e anniversaire
de la parution de L’Homme qui plantait des arbres
de Jean Giono & réalisé en hommage
au professeur Jean-Claude Touzeil

Les détails techniques de l’ouvrage sont présentés ICI et vous trouverez ci-dessous sa table des matières ainsi que ses première et quatrième de couvertures ainsi que sa postface.

Postface

Mathieu Touzeil-Divina & Morgan Sweeney
Présidents du Collectif L’Unite du Droit

Il était impossible de clore cet ouvrage sans rappeler, par la présente postface, qu’il s’agit non seulement d’un opus inscrit dans les travaux du Laboratoire Mediterraneen de Droit Public mais encore qu’il matérialise l’ouvrage anniversaire des quinze premières années du Collectif L’Unite du Droit (Clud).

D’ailleurs, tous les objets, les matérialisations et les identités du Clud s’y retrouvent parfaitement.

Méditerranée(s). Avant de devenir, en octobre 2016 une association indépendante mais sœur et amie du Clud, le Laboratoire Mediterraneen de Droit Public (Lm-Dp) fut un atelier permanent du Collectif et les Editions l’Epitoge, dès 2012, ont décidé de lui offrir une collection (celle, de couleur verte, intitulée Revue Méditerranéenne de Droit Public) dans laquelle le présent ouvrage est publié. C’est donc avec plaisir que le Clud accueille comme « ouvrage anniversaire » de ses quinze ans des travaux associés au Lm-Dp. Ainsi, même si la ou les Méditerranée(s) ne forment pas l’objet premier des recherches et études du Clud et de ses membres, la Méditerranée y est bien présente par le biais premier de cette Revue qui offre déjà aux lecteurs une dizaine de numéros.

Unité(s) du Droit. Au cœur même du Collectif, au côté de la défense des droits et des libertés académiques ainsi que du questionnement sur le système d’enseignement du Droit, figure l’interrogation de l’Unité ou des Unités juridiques[1]. En choisissant ici d’interroger l’Arbre confronté aux droits (public, privé, historique, internationaux, etc.) sans omettre les droits étrangers et/ou comparés, le Clud est au cœur même de ses habitudes et de son modus operandi : refuser les chapelles de spécialistes juridiques pour n’envisager un objet ou un sujet qu’à travers les yeux généralistes et comparés du juriste de l’Unité et ce, sans oublier que d’autres scientifiques et spécialistes (littéraires, artistes, sociologues, historiens, médecins, etc.) peuvent et doivent aussi participer aux échanges pour les nourrir.

Le présent ouvrage, avec ses vingt-cinq contributions en provenance de multiples horizons et spécialités juridiques, le traduit très exactement.

(S) cludiens & diversité. Par ailleurs, dans cet opus comme dans toutes les démarches initiées et/ou soutenues par le Clud, l’échange et la diversité des points de vue ont toujours été encouragés car l’Unité ici prônée ne se conçoit que dans la diversité et le pluralisme des expressions et des opinions.

Le Clud n’est pas dogmatique et n’a pas – et refuse d’avoir – de vision unique d’où l’utilisation fréquente, assumée et parfois (trop) nombreuse (même) de ceux que l’on a qualifié jadis de « (s) cludiens » marquant l’ouverture des esprits et des hypothèses. Ainsi, au cœur même de cet ouvrage, d’aucuns ont-ils proposé que l’Arbre devienne une personne juridique quand d’autres (y compris au cœur du couple présidentiel du Clud !) estiment l’idée inopérante.

Le Collectif tient à cette diversité des points de vue(s).

Du droit protecteur & non financier. A quoi sert le Droit ? Vous avez quatre heures ! Trêve de plaisanterie(s), l’une des caractéristiques des membres du Clud est peut-être aussi la suivante : ils et elles sont (pour la plupart d’entre elles et d’entre eux) convaincu.e.s de ce que le Droit est là pour protéger (et parfois pour aider les plus faibles) et non au service des puissants, des gouvernants voire de la Finance.

Cet ouvrage en est l’exacte manifestation. Celles et ceux qui l’ont rédigé et qui y ont contribué, ont proposé – de différentes façons juridiques – de faire du Droit un instrument de protection(s) au service des Arbres et de la forêt. Les propositions se complètent et servent cet idéal juridique d’un Droit pour les Hommes et les êtres vivants et non pour les seuls puissants ou les plus riches.

Fraternité & amitié. Finalement, et la manifestation du 30 mars 2019, à Manosque au Paraïs dans la maison de Jean Giono, de réception du présent ouvrage en est le témoignage, c’est bien aussi d’amitié(s) – voire de Fraternité au sens quasi juridique du terme ! – dont il est ici question(s) avec ce « livre-anniversaire » des quinze premières du Collectif L’Unite du Droit.

Vivement le 30e anniversaire !


[1] A plusieurs reprises, et notamment sur le site Internet du Collectif (unitedudroit.org), la notion même d’Unité du Droit a été discutée par les membres de l’association et leurs invités. Voyez, par exemple les échanges des professeurs Baptiste Bonnet, Mathieu Touzeil-Divina & Rainer Maria Kiesow.