CLUD ? Epitoge ?

Qu’est-ce donc …
que le Collectif L’Unité du Droit

dit
CLUD

dont les Editions L’Epitoge
forment un atelier permanent ?

 

C’est une association à but non lucratif, personne morale de droit privé, composée de juristes mais aussi – et surtout – une très belle aventure humaine. Selon nos statuts, le CLUD « repose sur l’échange, le partage, la recherche et l’information mutuelle de ses membres et sympathisants». Le Collectif est en ce sens formé « de juristes essentiellement universitaires (mais aussi praticiens) convaincus de la nécessité impérieuse de (re) créer des liens entre privatistes, publicistes et historiens (et réciproquement) et de militer contre l’autonomisation des branches du Droit » . En outre, par-delà le cercle des juristes, « le CLUD, convaincu de la richesse des échanges et de la nécessité de l’interdisciplinarité, a également vocation à partager sur ses thématiques de réflexions avec des non-juristes ».

Les objectifs du CLUD sont ainsi principalement doubles : d’abord, et toujours selon nos statuts, il s’agit de  « permettre et de provoquer l’association d’universitaires persuadés d’une nécessaire collaboration des juristes de droits public et privé ; cet objectif se matérialisant notamment par la publication de manuels ou l’organisation de manifestations et de colloques visant à promouvoir » l’Unité du Droit.

En outre, les membres du Collectif sont « des hommes et des femmes déterminés à faire progresser le système contemporain d’enseignement du droit. Ils sont ainsi convaincus que la méthodologie universitaire est à réinventer ou tout du moins à adapter au profit de la science et des étudiants ».

Le CLUD n’est donc ni une énième association d’étudiants ni une association d’enseignants : il s’agit, au contraire, d’un groupement volontaire et engagé d’enseignants, de juristes et d’étudiants tous membres de la même collectivité universitaire. Le Collectif s’est ainsi construit autour de ces deux piliers fondateurs (promotion et réflexions relatives à l’Unité du Droit et propositions et critiques destinées à la progression continue du système d’enseignement du Droit en France) et ce, à partir de 2002 de manière informelle puis, en 2004 de façon officielle.

Dans l’ouvrage « Initiation au Droit ; introduction encyclopédique aux études & métiers juridiques », MM. Loiseau & Touzeil-Divina, membres du C.A. du CLUD présentent ainsi notre association. Nous en reproduisons ici des extraits (Paris, LGDJ; 2011 ; p. 241).

« Qu’est-ce que le Clud (…) ?
Un objet juridique non identifié ? »

Peut-être ! Avant tout, le Collectif est une association régie, en tant que telle, par le contrat type issu de la Loi du 01 juillet 1901. Depuis sa création (initiée en 2002), elle a pour but « l’échange, le partage, la recherche et l’information mutuelle de ses membres et sympathisants » (article 01 des statuts associatifs). Cette réflexion collective porte alors sur le Droit (de façon générale) et non sur un domaine en particulier d’où l’emploi de l’expression polysémique d’« Unité(s) du (des) droit(s) ». Son fondateur et ses re-fondateurs sont en effet convaincus qu’avant de mettre un qualificatif (public, privé, positif, historique, etc.), c’est le substantif « Droit » qu’il faut magnifier.

Premier pilier :
l’unité du Droit par-delà l’académisme.

Le Collectif cherche en ce sens, depuis 2004 (et de façon plus active depuis 2009), à lutter contre le cloisonnement académique des matières et des branches du Droit par un dialogue constant instauré non entre spécialistes d’un même ensemble et tous, par exemple, universitaires mais entre théoriciens, universitaires, praticiens, politiques, etc. Fondé le 13 mars 2004 (soit deux cents ans jours pour jours après la Loi du 22 ventôse An XII instituant nos Facultés de droit), le Collectif a pour vocation de rassembler des juristes de toutes origines convaincus du nécessaire rapprochement des droits et de leurs enseignements dans une unité et non dans leurs seules spécificités. Alors, le dialogue instauré veut-il dépasser les frontières des Facultés et des « sections » (d’histoire du droit, de droit public ou privé, etc.). Le Clud, à cette fin, n’entend ni oublier ni sous-estimer l’importance de l’Histoire, de la théorie ou encore de la philosophie du Droit, trop souvent délaissées au profit du seul droit positif triomphant. Le Collectif est ainsi persuadé que le métissage juridique est nécessaire. Enfin, l’association ne se veut pas réservée à une parole sublimée et supposée évangélique ou mandarinale et réservée à des universitaires titulaires et agrégés des Facultés de Droit. Initialement fondée par un doctorant convaincu du service public de l’enseignement et de la recherche prêt à s’y investir, l’association reflète encore, y compris dans ses statuts, un dialogue permanent entre l’ensemble des acteurs volontaires de la communauté juridique (universitaire et praticienne). A cette fin, la Présidence du Collectif est-elle multiple et tend-elle à représenter non seulement la summa divisio public / privé mais encore l’intégration au processus de décision d’une Présidence « étudiante » précisément réservée aux usagers du service public concerné.

Second pilier :
la promotion du service public de l’Université.

Le Collectif ne s’intéresse pas qu’à la notion éponyme d’Unité du Droit. Par ses manifestations (colloques, publications, ateliers, journées d’études, ouvrages, etc.), il met également ses moyens au profit du service public de l’enseignement supérieur et de la recherche et de sa promotion. Il se bat pour lui et pour son amélioration. Il recherche constamment (critique et propose) tout ce qui pourrait être fait pour que le système d’enseignement du droit se perfectionne et ce, au profit de tous les membres de la communauté universitaire (enseignants-chercheurs, usagers (étudiants) et personnels administratifs). L’association est ainsi profondément attachée et attentive à l’enseignement juridique au sein des Facultés devenues UFR de Droit et elle a décidé de faire sienne la maxime d’Edouard de Laboulaye selon laquelle : « le professeur est fait pour l’étudiant et non l’étudiant pour le professeur ». En ce sens, le Clud place-t-il l’usager au cœur de sa réflexion sur l’avenir et le devenir de l’enseignement du droit ce dont l’initiation encyclopédique – actuellement dans vos mains – témoigne aisément. Le présent ouvrage est en effet et ainsi une matérialisation optimale de la parfaite combinaison des deux piliers, objectifs ou raisons d’être de son existence ».

Le Collectif et ses publications sont déclarées sous l’ISSN  2116-0147.

Vous pouvez
rejoindre / découvrir / discuter /
échanger / en apprendre davantage (etc.)

à propos du CLUD en cliquant sur le logo ci-dessous :


Mais qu’est-ce qu’une Epitoge ?

Derrière le logo …. ?

Et si vous regardez bien notre logotype
vous pourrez vous rendre compte qu’il contient trois clins d’yeux …

  1. aux livres évidemment de nos Editions
    2. aux couleurs rouge & noir du CLUD et du Droit
  2. et à l’Epitoge stylisée en page de droit de l’ouvrage
    reconnaissable à ses trois bandeaux blancs ….

Contact(s)
& Mentions légales

Vous êtes actuellement sur le site officiel
des Editions L’Epitoge,
atelier permanent du Collectif l’Unité du Droit.

Le propriétaire et l’éditeur du site est Le Collectif l’Unité du Droit (CLUD),
association déclarée en préfecture de la Vienne le 13 avril 2004

[cf. Journal Officiel de la République du 29 mai 2004 (p. 2649)
numéro préfectoral : W863004881
numéro Siret : 820 555 183 00012]

Le responsable de la publication et webmestre pour ce site
est M. le Pr Mathieu TOUZEIL DIVINA

Le Collectif et ses publications sont déclarées sous l’ISSN  2116-0147

 

L’hébergeur du site est hosteur.com

L’article 34 de la loi n° 78-17 du 6 janvier 1978 relative à l’informatique, aux fichiers et aux libertés vous confère un droit d’accès aux informations qui vous concernent. Si vous souhaitez une modification ou une suppression de ces informations, adressez-vous au webmestre.
Les fichiers résultants ne seront jamais transmis à des tiers et ne feront jamais l’objet d’une commercialisation.

Site internet non déclaré à la CNIL et ce, en application de la Délibération n° 2010-229 du 10 juin 2010 dispensant de déclaration les traitements automatisés de données à caractère personnel mis en œuvre par des organismes à but non lucratif.

Toute exploitation à des fins commerciales est interdite. Conformément aux dispositions de l’article L.122-5 alinéa 2 du Code de la Propriété Intellectuelle, seules sont autorisées les copies ou reproductions strictement réservées à l’usage privé du copiste et non destinées à une utilisation collective.
Toute demande d’autorisation pour quelque utilisation que ce soit doit être adressée au responsable de la publication.

Les informations diffusées n’engagent pas la responsabilité des Universités et autres institutions publiques et privées dont les membres du CLUD sont membres.

Nous vous remercions de signaler toute erreur ou omission.

Des liens peuvent conduire l’utilisateur vers d’autres sites sur lesquels nous n’avons aucun contrôle.